Les ingénieurs réseaux et le changement

Je suis tombé récemment sur un Article de Colin McNamara, un ingénieur réseau Américain que je suis depuis longtemps via Twitter et son blog. Celui-ci parle de la valeur du CCIE, que selon lui, les compétences « historiques » en ingénierie réseau sont en train de perdre de la valeur, et qu’il est nécessaire de diversifier ses compétences, le plus rapidement possible.

Le CCIE est un bon business pour l’industrie, et plus particulièrement pour Cisco :) Il l’est aussi pour les ingénieurs réseaux en faisant valoir un certain savoir, et par la même occasion faire un bon non négligeable en terme de salaire. Mais je suis d’accord avec Colin, il faut savoir pourquoi une certification, ou une compétence a de la valeur. La valeur est dérivée de l’offre et de la demande entre les personnes certifiées et le travail disponible. Quand il y à plus de travail à faire que de personne sachant le faire, le salaire augmente. Quand il y à plus de personnes que de travail, le salaire baisse. C’est aussi simple que cela. (Et aussi au fait que certaines entreprises souhaitant être certifiées « Gold » ont besoin d’avoir un certain nombre de CCIE).

Se préparer au changement

C’est un fait, le monde de l’IT à beaucoup évolué depuis les années 70, et évolue toujours continuellement, loi de Moore oblige. Cependant, il faut tout de même rappeler que les protocoles de routage principaux n’ont pas beaucoup évolués depuis 20 ans (OSPF, BGP…etc.). Connaitre ces protocoles et comment les implémenter sera toujours la base pour les ingénieurs réseaux, et je suppose qu’il n’y aura toujours pas de grandes avancées dans ce domaine dans les 10 prochaines années.

Dans son article, Colin présente le livre « Who moved my cheese? » (Qui a piqué mon fromage?) Vous pouvez le télécharger ci-dessous:

Who-moved-my-cheese-book

Vous pouvez télécharger le livre grâce à ce lien.

J’ai lu ce livre de « management » avec intérêt, il raconte la vie de deux souries et deux hommes qui réagissent différemment au changement lorsque leurs fromage vient à manquer. Le livre explique comment leurs comportements évoluent en fonction des personnalités de chacun. Lorsque l’on se met à la place de ces souries et que l’on imagine le fromage en un bon gros CCIE, ou même avec le réseau d’entreprise tel qu’on le connait aujourd’hui, on commence à réfléchir à la façon dont on régirait si celui-ci changeait tellement qu’il disparaisse.

Comment réagiriez-vous ? Comment se préparer à cela?
Très simple, en étant continuellement curieux, ouvert, et en acceptant ce changement!

Le changement c’est maintenant

On à tous connu (je suppose) des collègues ayant commencés leurs carrière à l’époque de la téléphonie analogique et qui n’ont pas pris la peine de se former continuellement, ils ont donc été (et sont toujours pour certains) dépassés à la suite du passage à la voix sur IP. Pensez à eux. Serez-vous ces personnes dans 10 ans lorsque le Cloud et le SDN (je prends volontairement ces buzzwords car ils sont à la mode en ce moment et peu compris par la majorité des ingénieurs) auront bousculés tout le réseau tel qu’on le connait actuellement ?

Adaptez-vous pour changer rapidement

Des changements majeurs sont en cours en entreprise, le SDN (Software Defined Networking) et l’automatisation du réseau, la virtualisation des infrastructures historiques vers le cloud (Amazon AWS, Microsoft 360…). Les délais de mise sur le marché sont de plus en plus courts est stressent les entreprises qui ont besoin de plus d’agilité et de rapidité. Les technologies évoluent en ce sens. Si nous (ingénieurs) ne prenons pas le virage technologique dès maintenant, nous risquons tous de ne plus avoir beaucoup de valeur en entreprise dans quelques années.

Les méthodes évoluent également, comme par exemple les méthodes Agiles et l’arrivée du buzzword « DevOps » pour la croisée des équipes de développements et opérationnelles qui à la base n’ont pas les mêmes priorités (Vitesse et court terme pour les développeurs, stabilité et long terme pour les opérationnels). Ce rapprochement des deux équipes permet d’améliorer les temps de mise en production des services. Les ingénieurs des grands groupes tels qu’Amazon, Google & co sont déjà en mode DevOps et ont des ingénieurs qui savent gérer des applications de bout en bout (étude, développement, test, mise en prod..).

La seule chose qui peut assurer un ingénieur (dans l’IT en tout cas) de rester en sécurité est d’avancer et se former continuellement.

Pour preuve, voici une annonce de Google pour un poste d’ingénieur réseau (Network Systems Engineer). On y retrouve notamment ce dont je viens de parler : le SDN, le code…etc. et les fondamentaux du réseau ne font pas la majorité des qualifications nécessaires:

  Responsibilities

  • Create functional and operational network system requirements and specifications.
  • Partner with neighboring teams in designing, testing, deploying and operating highly scalable software defined network systems.
  • Design, implement and integrate systems to scale and automate network operations tasks.
  • Perform network and system performance analysis and tuning optimizations.
  • Function as technical, engineering and operational subject matter expert for complex networking systems by participating in the rotating « on call » schedule.

Minimum Qualifications

  • BA/BS in Computer Science or related technical field or equivalent practical experience.
  • 2 years of relevant work experience, including UNIX systems administration with scripting skills in Shell, PHP, Perl or Python.
  • Experience working with network fundamentals (TCP/IP, ARP, IP Tables, routing).
  • Technical troubleshooting and performance tuning experience.

Preferred Qualifications

  • 5 years of relevant work experience in a high-volume or critical production service environment.
  • Experience leading short projects involving outside teams.
  • Coding experience in C, C++, Java, Go.
  • Excellent analytical skills, coupled with a strong sense of ownership, urgency and drive.
  • Excellent communication skills

Comment faire ?

Pour commencer (ou continuer) à changer, voici quelques tips, je les mets déjà en œuvre personnellement (je n’ai pas de mérite, j’ai beaucoup de train tous les jours..), et je pense sincèrement qu’en mettant en place ces petites habitudes, il est très facile de rester à la pointe tout au long d’une carrière:

  • Lire et se documenter continuellement (et pas seulement sur des sujets IT)
    • 30″ à 1h par jour et au minimum 1 livre par mois me parait une bonne base.
  • Consacrer 1h par jour à l’apprentissage d’une technologie qui vous intéresse
    • Je suis personnellement en train d’apprendre à coder en Python, j’envisage de tester Ansible dans les jours à venir, de passer en revue le CCIE Data Center (même si je ne compte pas le passer pour le moment)… la liste d’objectifs est longue !
  • Se fixer des objectifs assez hauts et les plus précis possibles
    • A 6 mois, 1 an, 3 ans
    • Au pire, en cas « d’échec », on sera toujours plus avancé que ceux qui n’en ont pas.

Et vous, vous faites quoi pour changer et vous améliorer continuellement ?

Sources:
http://www.colinmcnamara.com
Who mooved my cheese ? – Un bon livre de management sur le challenge de la gestion du changement.

Benoit

Network engineer CCIE #47705, focused on R&S, Data Center and SDN.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

5 Comments

  1. R0m 11 mai 2015

    Je suis tout à fait d’accord sur le fait que dans le domaine IT, il faut constamment se tenir à la page, aller de l’avant.

    Je suis actuellement en fin d’étude, et pour le coup en école d’ingénieur ou en université tu ne vois pas
    toutes les dernières technologies utilisées dans le monde de l’entreprise.

    Je fais de l’apprentissage, et je pense que le fait d’avoir déjà un pied dans une entreprise m’apporte la curiosité d’aller voir plus loin que ce qu’on nous enseigne en cours. Que ce soit pour le réseau, le stockage, la virtualisation : SDN, SDS, Container, DFS par exemple.

    Et la dernière raison pour laquelle je fais beaucoup de veille et que j’essaie d’alimenter au mieux mon cv, c’est pour trouver un job dans quelques mois :).

  2. Benoit 11 mai 2015

    R0m, je trouve que l’apprentissage est un très bon moyen d’engranger de l’expérience également. Je faisais aussi de l’alternance à la fin de mes études! Et si en plus tu es à la pointe et que tu ajoute quelques certifications, alors tu ne devrais pas avoir de mal à trouver un Job :)

  3. Alexandre 16 juin 2015

    Hello Benoit,

    Ton post m’a fait sourire car j’ai eu exactement le même raisonnement que toi!

    Comment continuer à pouvoir répondre aux attentes qui nous seront demandées demain et comment les anticiper ?

    Personnellement, j’ai ciblé mes axes de progrès suivant :
    – Experience international ( je viens d’arriver au Canada il y a peu :) )
    – Diversification des compétences techniques (j’ai fait un peu moins de 4 ans de support chez un bon intégrateur francais, ca m’a permis de faire un bon tour d’horizon des techno LAN, WAN et DC. Maintenant, j’essaye d’avancer sur la partie Secu et j’ai déjà prévu de découvrir Python asap.

    Comme toi, j’ai pris une offre d’emploi chez google (la même) pour voir le besoin actuel et imaginer ce qu’il pouvait devenir.

    Enfin bref, quoi de plus cool que de s’amuser avec des techno d’avenir? =)

    Peu de temps après mon passage du CCIE, j’avais fait un post sur ton site mais je ne crois pas que je t’avais partagé ma vidéo CCIE.

    Si tu veux faire une pause de quelques minutes:
    https://www.youtube.com/watch?v=9E5fY2mQ9Bg

    Courage pour la suite !

    Alexandre Vasseur – CCIE 41694

  4. Dubitatif 15 septembre 2015

    « Coding experience in C, C++, Java, Go » pour un ingénieur réseau WTF.
    En gros le futur c’est des gens qui font tout.

  5. khaled 20 septembre 2015

    Bonjour benoit,
    Effectivement, il faut toujours s’adapter et être a l’affût des nouvelles techno (sdn etc), mais quand je vois comment le datacenter est en train de se virtualiser, j’espère que l’on (ingénieur réseaux) va pas etre ubérisé (encore un mot a la mode).
    D’ailleurs aux states, ce qu’ils demandent c’est des developpeur, pas des ingé réseaux ou peu…en tout cas, j’espere que je me trompe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>